AccueilCalendrierFAQMembresRechercherGroupesS'enregistrerConnexionBlog

Partagez | 
 

 La psychologie du gardien de but.

Aller en bas 
AuteurMessage
Flo...
Admin-foot
Admin-foot
avatar

Date d'inscription : 08/04/2011
Localisation : 1080 Bruxelles
Messages : 714
Points : 1623
Réputation : 9

MessageSujet: La psychologie du gardien de but.   Jeu 21 Avr - 21:41

La psychologie du gardien de but


Règles générales :

Comme tout pratiquant de tout sport, le gardien de but a besoin d’être valorisé dans son équipe.

L’impact du « gardien » se mesure en nombre d’arrêts, en pourcentage, en nombre de victoire, mais pas que, pas que…

Ce poste à responsabilité revêt plusieurs caractéristiques mentales dues, notamment au fait que le portier porte l’avenir de l’équipe sur ses épaules, ses erreurs à lui font que la lumière rouge s’allume.

Ainsi, il est clair que lors d’une victoire 2 à 1 face à une équipe supérieure, le gardien aura vraisemblablement joué un grand rôle, et surtout s’il a été bombardé d’un grand nombre de tirs.

Par contre dans une victoire 10 à 01, quel aura été son rôle réel, comment dire qu’il aura été prépondérant dans cette partie. Au pire, s’il avait pris cinq ou six buts de plus cela n’aurait rien changé, ou si peu.

Dans le premier cas, il est un héros, dans le second, il est à peine un des artisans de cette victoire éclatante.

Nombre d’arrêts, pourcentage, mais pas seulement, sa bonne présence dans le filet peut occasionner ce que l’on appelle au Tennis, les fautes provoquées. Devant un gardien jouant bien ses angles, l’attaquant adverse prendra vite de gros risques pour tromper la vigilance du portier, et de fait, ratera plus souvent le cadre. La prise d’option du gardien obligera le joueur à shooter ou à tirer, sans pour autant que cela compte pour un arrêt. Sa participation est réelle sur le jeu, mais qui la note, qui la comptabilise, qui va le féliciter pour ces gestes qui ne sont pas des arrêts à proprement parler. Le guidage qu’il offre à sa défensive est aussi une clef de la réussite, donner la direction du palet, la position des offensifs adverses.

Dans ces conditions de victoire facile, le gardien peut se sentir exclu du sentiment de victoire et par conséquent de l’équipe de manière plus globale.

L’importance du joueur qui a marqué plusieurs buts et assuré plusieurs passes décisives se comptabilise facilement sur la feuille de match. Celle du gardien, est presque transparente, surtout dans les petits clubs, où il n’y a pas une armée de statisticien à disposition. Et quand bien même, cette armée serait bien là, les passes dans le slot déviées n’apparaissent pas en tant qu’arrêts, statistiquement, ce sont des arrêts pour rien, alors que dans le jeu, ces passes sont extrêmement dangereuses…

Le coach, l’entraîneur, le père doit à ce moment avoir un temps de communication avec son gardien, et lui parler des bonnes choses qui ont été faites par le gardien. Le bon positionnement, les quelques arrêts doivent être justement évalués du fait qu’ils ont été rares, les gestes et autres routines pour rester concentré devront être mis en valeur. De ces parties, le gardien doit sortir fier de ce qu’il a accompli, même s’il ne s’agît pas d’arrêts à proprement parler.

Le gardien, sa mécanique est une chose fragile, d’abord physiquement.

Les efforts demandés au gardien sont différents de ceux demandés aux joueurs.

Les joueurs bougent, se réchauffent vite, le gardien est dans son filet et peut finir une partie frigorifié.

Les joueurs n’ont pas du tout le même rythme de jeu, ni la même cadence. Sur un jeu en infériorité numérique, la défense assiégée verra ses effectifs changer deux à trois fois. Le gardien restera en place et devra le fort.



Physiologiquement, les enjeux ne seront pas les mêmes, le gardien durant sa préparation privilégiera souplesse et résistance, puissance explosive plutôt qu’endurance et rapidité. Même peu sollicité et refroidi au cours d’une partie, il devra être en mesure de faire l’arrêt sans se mettre physiquement en délicatesse.

Les phrases assassines du genre « Le gardien a perdu le match », « Si vous n’avez pas confiance en votre gardien, couchez vous devant le shoot » sont à proscrire, non seulement elles sont destructrices de confiance mais en plus, elles servent un bouc émissaire sur un plateau à une équipe qui en plus n’a peut être pas travaillé comme il l’aurait fallu.


Le gardien doit être un modèle pour son équipe, premier arrivé, dernier parti, il doit travailler fort, pendant les exercices, les joueurs attendent leur tour, lui continue, pendant les matches, les joueurs ont des shifts de 45 secondes à 1 minute 30, lui non, s’il est dans son match. Après un assaut sur sa cage, il ne profite pas du dégagement pour aller se reposer, il se repositionne, et se reconcentre, et ça recommence, encore et encore. Il aime ça, mais se sent parfois seul, quand sa défense oublie ce joueur dans son carré, quand son équipe parait déjà se soucier plus de la plage que du match, quand au lieu de l’échauffer avant un match, on vise la lucarne pour un but, quand il prend un but con, car il y en a toujours un…

Honnête, droit, humble mais travailleur, volontaire, ambitieux, calme mais explosif, le gardien est un guide pour son équipe, aussi bien sur le terrain pour sa défensive que dans le vestiaire.

Donc même si le gardien multiplie les miracles, si l’équipe ne marque pas, il ne peut pas tout faire seul. Aussi, si son équipe marque plusieurs buts par match, il jouera plus en confiance, ne sentant pas chaque arrêt comme vital pour son équipe. En revanche, dans une équipe qui ne marque pas, il jouera avec le maximum de pression, chaque arrêt devant déterminant pour l’équipe. Un gardien peut « voler » quelques matches, mais certainement pas tous. Et le but de ce sport reste tout de même de marquer plus de buts que l’adversaire, non ?



Agressif ou stoïque ?? :



Le gardien doit il être agressif ou patient. On rencontre les deux écoles. Certains disent que plus le jeu dure longtemps, plus l’offensif peut se faire reprendre. Une chose est sûre, les gardiens sont majoritairement répartis en deux groupes, ceux qui réagissent, et ceux qui agissent sur le jeu.


Les premiers réagissent « seulement » à l’action comptant plus sur leurs réflexes, sur leur rapidité, sur leur couverture d’angle.

Les seconds, agissent sur le jeu force la décision du tireur. La manière la plus simple est d’ouvrir un côté de but, pour inciter le tireur à viser le côté mitaine par exemple et à refermer quand le tir part… C’est simpliste mais ça marche. D’autres techniques existent.

Sur un deux contre un, le défenseur joue l’homme libre et laisse le tireur au gardien. Très bien !!

Le gardien reste dans son but, il offre le shoot au porteur du ballon, il sort franchement, il dit au tireur de le déjouer, il sort à moitié, il fait gamberger l’offensif… et peut prendre l’ascendant.



Sur une attaque rapide, le tireur récupère le ballon, pose les yeux dessus, à cet instant vous vous avancez un peu, le ballon contrôlé le tireur relève les yeux vers vous et voit que la distance à diminué entre lui et vous, vous forcez sa décision, il doit faire vite dorénavant. Si vous étiez resté sagement sur votre ligne, il pouvait s’avancer encore un peu .
Oliver Kahn utilisait cette tactique.





Alternance de gardiens :


L’alternance des gardiens peut être une bonne solution dans une équipe, elle permet de garder les portiers en condition, et de déterminer qui finira la saison en tant qu’homme de confiance. Cependant, afin d’éviter de faire gamberger les portiers, le coach, ou l’entraîneur doit donner au plus vite son choix, et l’expliquer. Il doit aussi faire accepter à ses gardiens que parfois, sa décision interviendra tard, pour ne pas dire au dernier moment, pas pour leur nuire, mais pour l’équipe !!!

Attention, cependant, certains gardiens accepteront mal psychiquement l’alternance

Concentration « autofocus » :


Le gardien doit être en mesure de se concentrer sur le ballon, mais aussi sur l’environnement direct, afin d’anticiper la passe, de voir l’adversaire sans ballon qui s’infiltre. Toutes ces petites choses qui lui permettront de faire le bon choix. Un œil sur le ballon, un autre sur le reste du terrain. Cependant, cette concentration large ne doit pas déborder dans les gradins.



Les pratiques :


Les entraînements du gardien doivent être durs, plus ils seront difficiles, plus les matches seront aisés pour le gardien.

Au delà de la simplisme série ,les exercices doivent être durs physiquement et psychiquement pour le gardien qui devra se battre dans les deux domaines pour voler le ballon. En fin de pratique, si le gardien a morflé, le coach peut toujours lancer une série de tirs des 25 mètres que son portier rebâtisse sa confiance sur des arrêts faciles. Les joueurs devront devenir complices de leur gardien, non seulement pour le protéger en match, mais aussi pour le faire progresser pendant les pratiques.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-s-a.net
 
La psychologie du gardien de but.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mars : Le Gardien de la Pierre
» Prix de vente gardien
» [MOC] Gardien de l'Enfer: Les differentes formes
» coeur de gardien de cartel
» Confession du Gardien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
www.e-s-a.net :: L'école des formateurs, joueurs ... :: La psychologie du sport.-
Sauter vers: